13/05/2012

Un super gros doigt d'honneur

Jeudi après-midi au bureau, mon téléphone sonne:

  • Bonjour, c'est l'infirmière de l'école. Surtout, n'ayiez crainte. Je vous appelle car Mini-moyen a mal réceptionné un ballon au cours de sport. Il a mal au doigt. On lui a mis de la crème et un bandage. Vu qu'il a un test écrit en dernière heure, il ne faut pas venir le chercher tout de suite mais il vaudrait mieux lui faire faire une radio pour exclure une fracture, je lui remets les documents pour l'assurance.
  • D'accord, nous y veillerons, merci de m'avoir prévenue.

Je demande à ma chef de pouvoir partir plus tôt pour rentrer prévenir Mini-mini qui est déjà rentré et préfère rester là. Je le préviens que cela risque d'être long et que si nous ne sommes pas de retour pour 19heures, qu'il se fasse une tartine, j'essaierai de le tenir au courant.  Je prends la carte sis de Mini-moyen (que je n'ai jamais sur moi, c'est un tort ...) et file l'attendre à la sortie de l'école. On ira aux urgences de l'hôpital tout proche de chez nous.

Ouf, je trouve une place pas trop loin de la sortie de l'école, me garre et envoie un texto à Mini-moyen pour lui demander de m'envoyer un texto quand il sera sorti, que je suis passée le chercher. Il reste 20 minutes avant la fin de ses cours et de son test. 

La marée des élèves qui quittent l'établissement s'étend. Je scrute la foule pour ne pas perdre de vue Mini-moyen au cas où. La marée diminue. Toujours pas de texto, je jette un oeil sur l'écran de mon gsm toutes les 2 minutes.

A présent, il n'y a plus que quelques étudiants au compte-goutte.

Puis aucun pendant un moment. Je vois un groupe dans le fond de la cour près du réfectoire. Mais aucune trace de la silhouette de Mini-moyen. Je reprends mon gsm et l'appelle. Le sien est coupé. Tiens, est-ce que le prof lui aurait accordé quelques minutes supplémentaires pour terminer son test ?

Tout à coup, mon gsm me signale que le sien est activé. Je le rappelle:

  • Coucou, c'est maman. Où es-tu ?
  • Bein à la maison.
  • Comment à la maison ????
  • Bein oui, j'ai fini le test, je suis rentré à pieds.
  • M'enfin, tu n'as pas vu mon texto ?
  • Non, comme on était en test, mon gsm était coupé et je viens seulement de l'allumer en rentrant. Quel est le problème ?
  • M'enfin, je t'ai envoyé un texto pour te prévenir que je venais te chercher à l'école pour passer directement aux urgences pour faire la radio. J'étais garée sur ton trajet pour le cas où je ne te verrais pas, tu n'as pas vu la voiture ?
  • Ah bein non
  • Bon apprête-toi, je passe te chercher ... et n'oublie pas de prendre le document de l'assurance à faire remplir par le médecin.
  • Ok

Un quart d'heure de perdu. Encore un quart d'heure et nous voici en direction des urgences. Purée, j'ai tourné en rond car l'entrée du parking de l'hôpital n'était plus du même côté que la dernière fois (il y a 10 ans). Dix minutes de perdues encore. Et cinq minutes pour trouver une place. Encore faut-il remplir 3 pages du document pour l'assurance avant que Mini-moyen ne soit examiné par le médecin. Cinq minutes plus tard, nous sommes à la réception des urgences. Il faut expliquer ce qui s'est passé. Je me marre intérieurement car il y a une grosse étiquette collée pour dire que la discrétion est de mise à la réception. Pourtant, avec l'écran de verre, on est obligé de quasi crier pour se faire entenre de l'employée. Elle passe en revue les coordonnées qu'elle a trouvées pour nous dans son ordinateur, adresse, téléphone, couverture assurance-maladie. Elle fait les modifications nécessaires, car depuis 10 ans, certaines données ont changé. Enfin, elle nous envoie à la salle d'attente.

Il est 17 heures et des poussières.

Je fais un rapide calcul: il y a bien une 15aine de personnes déjà. Si chaque malade est venu accompagné au moins d'une personne, il doit y en avoir 7 avant nous. Bon. C'était sans compter le mode de fonctionnement des urgences ...

Il est 18 heures et des poussières.

Seuls deux malades ont été appelés. Beaucoup d'autres sont arrivés.

Il est 19 heures et des poussières.

Tous ceux qui étaient là avant nous ont déjà été appelés. D'autres arrivés après nous, aussi. Bon, faut croire qu'avec les autres, il y avait peut-être risque de mort. Pourtant aucun n'était à l'article mais qui sommes nous pour juger. D'autant qu'un autre gamin arrivé quasi en même temps que nous, avec les orteils en sang à un pied est toujours là à attendre comme nous, avec sa maman. 

Je préviens le papa des minis que je suis aux urgences avec Moyen et que Mini est seul. Comme nous sommes en garde alternée et qu'il est dispo, il propose de contacter Mini et passer manger avec lui et lui tenir compagnie. C'est ok.

Il et 20 heures et des poussières.

On n'a toujours vu aucun médecin ou stagiaire. La seule télé allumée est branchée sur notre chaîne préférée Club  RTL ... c'est pour rire hein ... autant dire que l'on s'ennuie comme des rats morts à essayer de tuer le temps sans regarder toutes les 5 minutes à nos montres. Vu que dans la salle d'attente, il n'y a pas de pendule. Pour éviter les hausses de tension inutiles, certainement.

Il est 21 heures et des poussières.

Enfin, on nous appelle. Tiens et l'autre gamin ensanglanté alors ??? Bein on l'appelle quasi en même temps, ouf.

Nous nous retrouvons dans la salle d'examen. Il y a au moins 6 lits séparés par des rideaux fermés. On entend des râles d'adultes et des pleurs d'enfants. Une stagiaire demande à Mini-Moyen d'expliquer ce qui s'est passé, elle prend note puis défait son bandage et examine le doigt. Il est tuméfié, rouge et bleu au niveau de la dernière phalange. La stagiaire nous dit d'attendre, elle va consulter le médecin responsable et viendra probablement nous chercher pour aller passer une radio.

Il est 21h10.

Dix minutes plus tard, elle nous demande de l'accompagner. Mini-moyen est tout de suite appelé par le radiologue. Il ressort et on attend les résultats.

Entretemps, le gamain aux orteils ensanglantés a passé lui aussi une radio et on attend tous en rang d'oignons nos résultats respectifs. On s'ennuie toujours autant que des rats morts. Le gamin qui est placé dans une chaise roulante, n'arrête pas de tournicoter, d'actionner avec ses petits bras la chaise pour faire des longueurs de couloir tout en n'arrêtant pas de parler. C'est sûr que lui est un peu moins mort qu'un rat mort. Il doit être du genre hyperactif car je n'ai pas entendu le son du silence chaque fois qu'il était dans nos parages.

La chaise roulante ne le distrait pas suffisamment alors il propose que l'on joue au petit bonhomme pendu. A 4, si tout le monde est d'accord. J'acquièsce tout de suite (en me disant que le temps de deviner le mot, il y aura bien une ou deux minutes de silence). Ce sera déjà cela de gagné ...

Il est 21h30.

Un médecin arrive, se présente à nous et nous apprend que Mini-moyen a une fracture au niveau de la dernière phalange, qu'il va falloir immobiliser le doigt. Il nous demande de passer dans la salle de plâtre. Le temps de préparer les bandes thermorigidifiantes, il demande si l'on a des documents d'assurance à faire remplir et je les lui remets. Je lui demande également le certificat d'inactivité pour l'école et un certificat de présence pour mon employeur. Entretemps, il apprend à l'autre gamin et à sa maman que lui n'a pas de fracture, qu'on va lui mettre un pansement et une talonette pour empêcher les orteils de se plier en marchant, le temps que les plaies cicatrisent. Les ongles tomberont probablement ... Il demande ce qu'ils ont besoin comme documents. Avant de partir, il précise qu'il sera de retour dans 5 minutes.

Il est 21h45.

Les 5 minutes sont relatives aux urgences.
Le médecin réapparaît enfin, remet les papiers à tout le monde, Nicolas est privé de natation, gym et tennis pendant un mois. Il va chercher une talonette pour l'autre gamin, la lui place, ils disent qu'il ne faut pas de pansement, qu'ils feront tout cela tranquillement à la maison. Bein on les comprend ...

Le médecin est enfin à nous. Il enroule le doigt de Mini-moyen en nous informant que rendez-vous a été pris pour lui lundi matin à la consultation de traumatologie. Il vaut mieux qu'un orthopédiste chevronné le revoie pour déterminer le traitement final. Il nous montre la radio où l'on voit effectivement un bout d'os de la dernière phalange qui est clairement détaché du reste des os ... s'il a mal on peut lui donner un antalgique.

Il est 22h00.

Nous prenons le chemin des caisses de parking pour payer et partir enfin.  Et je me dis bêtement que les urgences sont décidément bien mal nommées. Tellement il faut être patient ... quand on n'y meurt pas. Mais qu'il faut tirer notre chapeau à tous ces médecins, stagiaires, infirmiers, brancardiers et autres qui se dévouent corps et âmes pour soigner les autres. 

Dans la voiture, Mini-moyen me dit que ses copains vont se marrer demain matin ... Bah il vaut mieux les faire pleurer de rire que pleurer tout court.

Le doigt cassé est le majeur. Et avec le gros pansement rigide, cela lui fait un super gros doigt d'honneur ...


 

 

19:24 Écrit par Plus d'encre dans le plumier dans Enfants, Série TV | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : urgences, doigt cassé |  Facebook |

Commentaires

je link cette actu sur sur mon reseau social car c'est réellement un site web très bon

Écrit par : assurance automobile | 29/08/2012

Les commentaires sont fermés.