22/07/2011

Chienne de vie

De toi, je garderai le souvenir d’un homme impressionnant. Par sa stature. Par sa voix grave. Par son côté ours bourru.

Derrière ces caractéristiques,  il y avait surtout un homme sensible et bon.

Cela faisait plusieurs années que tu te battais contre le sort qui te clouait au lit. Contre ses chiennes d’infections qui empêchaient les chirurgiens d’intervenir pour te remettre sur pieds.

Tu as bataillé comme tu vivais : avec courage, avec volonté, avec discrétion. Accompagné par la présence sans relâche de ta femme. Cela n’a hélas pas suffit.

Après toutes ces années de combat, le jour s’est levé en ce jeudi 21 juillet 2011. Et t’a ravi le peu de souffle qu’il te restait encore.  Le peu de vie.

En ces jours funestes et malgré la distance qui nous sépare, nos pensées rejoignent Carole, ta femme meurtrie. Par cette chienne de vie.

Albert. Toi, notre Tonton au grand cœur.  Toi, notre père, frère, mari, ami. Qu’est-ce que tu vas nous manquer !

 


06:27 Écrit par Plus d'encre dans le plumier | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Courage à vous...

Écrit par : Véro | 22/07/2011

Oh... la Pampa très discrète est devenue toute triste... Petite pensée virtuelle pour toi.

Écrit par : Nautilus | 11/08/2011

Les commentaires sont fermés.