13/10/2010

Petit carnage de nuit


Il y a une dizaine de jours, j'ai participé à la première réunion de parents de la classe de mini-mini.
Comme d'habitude, la réunion avait lieu en fin de journée, de 19h30 à 21h30.
Après une journée de travail, on se sent vivre: il faut galoper (en voiture) pour récupérer mini-mini à la garderie (qui n'est pas dans l'école même mais dans un bâtiment distant de + 2km) avant de rentrer, faire à manger pour lui et mini-moyen (moi je n'ai pas le temps) puis regaloper jusqu'à l'école pour la réunion.

Les minis avaient pour consignes de dîner, s'occuper avant de monter, se doucher, se brosser les dents et se mettre au lit vers 21h00.

Je rentre à 21h45, ils sont à peine dans leurs plumes à ce que j'entends. Je monte les embrasser et leur souhaiter la bonne nuit avant de redescendre pour me faire à manger ... l'estomac dans les talons.

A cette heure-là, inutile de sortir poëlles ou casseroles, j'attrappe un sandwich dans la main gauche, un couteau super effilé dans la droite et tout en me dirigeant vers le frigo pour aller plus vite, d'un geste ferme, je tranche le sandwich quand tout à coup je me dis "tiens le sandwich est tranché ... mais on dirait bien que ma main aussi ..."

Le temps que l'info me remonte au cerveau, je vois mon sandwich se garnir de rouge qui coule et déborde en gouttes sur le carrelage blanc de la cuisine comme du ketchup ... je lache le sandwich ... il ne faudrait pas que je lache le couteau super effilé, donc je le pose rapidement sur le plan de travail.

Entretemps, l'info est remontée jusqu'à mon cerveau qui ne trouve rien de mieux à faire que d'activer la douleur. En plus du sang qui coule. Je saisis l'essuie qui pend près de moi, le presse en boule dans ma main coupée et ferme le poing comme si je détenais le billet gagnant de l'Euromillion ... Que faire d'autre ? L'hémorragie doit être intense car j'ai l'impression que mon coeur a coulé jusque dans mon poing fermé qui bat et pulse. J'attends quelques minutes. Rouvre le poing, enlève l'essuie et constate que le sang coule toujours. Quelle poisse ! Je replace l'essuie en boule, referme le poing, contemple le carnage au sol et vais m'asseoir dans le living. Sinon au mieux je risque de déraper sur le sol visqueux et au pire, je risque de m'évanouir.  

C'est dans ces moments là que l'on se sent très seul quand on vit seul avec des enfants... Ah si leVil était là, il pourrait garder les minis pendant que je file aux urgences. Bon, j'attends encore 20 minutes avant de vérifier si la plaie saigne encore ... Je ne me vois pas monter réveiller les minis, leur demander de s'habiller en vitesse pour partir en voiture avec eux jusqu'aux urgences ...

Le poing toujours fermé vigoureusement autour de l'essuie en boule, j'essaie de penser à autre chose et m'installe devant le pc histoire de me changer les idées en pianotant d'une main ... Mais que fait leVil ? Dort-il déjà ? Sûrement ! Il est passé 23h et d'habitude il m'envoie un sms. Mais là, évidemment parce que c'est toujours quand on en a besoin que les rêves ne se réalisent pas, pas un signe de vie ... je vais mourrir toute seule d'une hémorragie ! Monter me coucher ? Et infliger aux minis le spectacle de mon corps exsangue, le lendemain matin, le matelas imbibé de tout mon sang ? Ah non !

Tant pis, si je réveille leVil, il faut que je l'appelle !

  • moi: allo, je vous réveille ? (je vous rappelle que l'on se vouvoie encore toujours)
  • lui: non, non, je regardais un épisode de BattleStar Galactica !
  • moi (en pensant pfff je me meurs et il regarde un truc de science-fiction): Ahhh
  • lui: ça ne va pas ?
  • moi: je me suis entaillé la main, il y a du sang partout et ça ne semble pas s'arrêter de saigner
  • lui: il faut faire couler de l'eau froide dessus, ça resserre les tissus !
  • moi: ah bein non, ceux qui se suicident s'entaillent les poignets puis se coulent dans un bain ! Vous voulez vous débarrasser de moi ?
  • lui en riant: bein non hein, ils ne se coulent pas dans un bain d'eau froide, ceux qui se suicident !
  • moi: peut-être mais j'ai déjà enlevé 2 fois l'essuie et cela saigne encore alors tant pis, je ne touche plus à l'essuie quitte à ce qu'il se greffe à ma main !
  • lui: ok, ok, mais il faudrait désinfecter la plaie
  • moi: pas question ! Pour désinfecter, il faudrait que je retire l'essuie !
  • lui: ok, ok, mais alors vous mourrez soit d'hémorragie, soit d'infection
  • moi: bein non, je m'étais lavé les mains avant et le couteau était propre ... avant de passer à travers le sandwich ...
  • lui: ok, ok, mais vous n'avez pas de strips pour refermer la plaie ?
  • moi: non
  • lui: bein il n'y a plus rien à faire alors.
  • moi: c'est rassurant ! Bon tant pis, je vais attendre encore pour voir si cela s'arrête et on verra bien. Au pire, demain matin, je serai soit morte soit je conduirai les minis à l'école avant de filer aux urgences.
  • lui: si ça ne va pas, cette nuit, vous me rappelez, hein. Sinon bonne nuit et à demain !
  • moi: j'espère bien ...

Je n'ai pas été me coucher avant 1h30 du matin.
La mort dans l'âme déjà, je me suis résignée à monter. L'estomac vide mais le poing toujours plein de l'essuie et des battements de mon coeur à portée de main.

Le lendemain, j'ai ouvert les yeux. Comme d'habitude. Ma main ne saignait plus mais faisait un mal de chien. La coupure était à la base de l'index, légèrement de biais sous le majeur. J'ai fait un assemblage de sparadraps en tissus (chuis allergique aux autres), pour maintenir la plaie fermée et aussi serrée que possible.

Puis j'ai réveillé les minis pour qu'ils s'habillent et déjeunent en leur racontant ma mésaventure. Ensuite, on a sauté dans la voiture jusqu'à l'école. Evidemment, en chemin, après quelques ronds-points, mes sparadraps collaient au volant ... mais la plaie ne s'est pas rouverte. Ni ne s'est infectée. Et je suis toujours là ... malgré le petit carnage de nuit.
Me demande ce qu'une diseuse de bonne aventure lirait dans ma main, vu que les lignes ne sont plus les mêmes ...

 

 

23:15 Écrit par Plus d'encre dans le plumier | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : accidents domestiques, premiers secours |  Facebook |

Commentaires

Mip maoussssss kosto, c'est du solide !

Écrit par : vil coyote | 14/10/2010

Mip maoussssss kosto, c'est du solide !

Écrit par : vil coyote | 14/10/2010

Les commentaires sont fermés.