27/10/2009

L'instant d'une vie


Un train sur le départ
Emportera vers d’autres ici
Ailleurs
Ses wagons hantés d’êtres en devenir
Leurs aux revoirs ou à dieux pleins d’à venir.

Il part
Abandonnant là
Sur le quai d’une gare
Des minutes, des heures, des vies,
D’avides bonheurs ou de vives douleurs.

Il s’éloigne lentement
Etirant à l’infini ton attention
Tissant encore un peu tes souvenirs
Nourrissant déjà surtout tes décisions.

Et tout à coup tout fond. Se brouille
Sous la pluie qui naît, perle et roule
Sur les vitres de tes frêles rêves
Et sur tes joues
En sillons bien parallèles
Profilant une vie, une voie nouvelle.

Et les chemins de fer rouillent
Non pas juste sous les gouttes
De pluie tombant des cieux. Non !
Ils rouillent aussi sous les gouttes de sel
Que déverse le ciel des yeux
Qu’ils soient gris, bruns, verts
Pers, noirs. Ou bien bleus …

A Raymond, parti aujourd'hui vers un autre ailleurs
A sa famille, ses amis, ses proches dont les yeux perlent aussi


 

23:45 Écrit par Plus d'encre dans le plumier dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mort |  Facebook |

Commentaires

merci

Écrit par : Hanna | 07/11/2009

Les commentaires sont fermés.